Après notre lettre consacrée aux autobiographies séfarades, nous continuons avec la riche actualité des œuvres d’auteurs séfarades, de Metin Arditi à Serge Trigano par ordre alphabétique, en passant par Bat Ye’or, Bel-Ange, Grunfeld, Meyer, Nejar, Savy et Simon.

Rachel et les siens, par Metin Arditi

Dans ce nouveau roman, Metin Arditi nous raconte l’histoire d’une fille prénommée Rachel, comme la grande actrice du XIXème siècle, à travers les tribulations du XXème siècle. L’histoire commence à Jaffa en février 1917 où sa famille cohabite avec les Khalifa, des Arabes chrétiens et voit arriver avec dégoût les réfugiés ashkénazes qui fuient les pogroms de Russie, appelés Moskubim. Dans les tempêtes géopolitiques qui suivent, Rachel tient bon grâce à sa vocation pour le théâtre. Elle organise le monde sur scène, tandis que sa vie est agitée d’amours et de deuils, d’obstacles et d’exils, de Palestine en Turquie, puis en France pour terminer à Tel Aviv en 1982.

Citoyen suisse, physicien et mélomane, Metin Arditi est né à Ankara. Il a fondé les Instruments de la Paix avec Elias Sanbar. Rachel et les siens est son 14ème roman. On lui doit notamment Le Turquetto (Actes Sud 2011), livre couvert de nombreux prix, qui raconte l’histoire d’un peintre juif ottoman, élève du Tintoret.

Grasset, 2020, 512 p

Moïse, Al-Kahira, 1818-1882, par Bat Ye’Or

Ce beau livre est le premier élément d’une trilogie qui sera consacrée, sous le nom de Bien aimés les souffrants,  à la vie de 3 générations de Juifs du Caire (Al-Kahira) du début du XIXème siècle jusqu’à la création de l’Etat d’Israël et aux premières guerres israélo-arabes.

Il commence en 1818 avec Moïse, jeune fils de Chalom, menuisier et de Judith, qui vit à Zuwella, le quartier juif du Caire, sous le règne de Mohammed Ali Pacha et rêve d’une terre promise où les Juifs ne seraient pas soumis à des humiliations répétées. Il s’achève en 1882, 13 ans après l’inauguration du canal de Suez par l’Impératrice Eugénie.

Très belle analyse par Evelyne Tschirhart dans Riposte laïque

On attend avec impatience le deuxième volet, intitulé Elle

Romancière britannique de langue française, Bat Ye’Or, en français la Fille du Fleuve (le Nil), de son vrai nom Gisèle Littman-Orebi, est née au Caire en 1933. Elle a écrit de nombreux ouvrages sur la dhimmitude, ce statut infamant réservé aux non-musulmans dans les pays soumis à domination musulmane. L’un de ses derniers ouvrages est Le dernier Khamsin des Juifs d’Egypte qui raconte leur expulsion par Nasser en 1956.

Les Provinciales, 2020 , 270 p

Les Juifs du département d’Oran dans la Grande Guerre, par Norbert Bel-Ange

Rares sont les ouvrages qui portent sur l’histoire des Poilus juifs de France. A fortiori pour ceux nés en Algérie qui sont quand même 120.000, dont 3 000 sont morts pour la France.

Cet essai, en deux volumes, aborde les relations entre les fronts et l’arrière, la vie à l’arrière, le retour des soldats, le deuil, l’après-guerre… Sans oublier l’antisémitisme, toujours présent en Algérie, qui chemine de la Grande Guerre à la Seconde Guerre mondiale.

Né à Mostaganem, Norbert Bel-Ange est professeur d’histoire et de géographie et écrivain. Il a écrit de nombreux livres dont QUAND VICHY INTERNAIT SES SOLDATS JUIFS D’ALGÉRIE (L’Harmattan, 2006) et Les Juifs de Mostaganem (L’Harmattan, 1990).

L’Harmattan, 2018, 2 vol, 348 et 282 p

J’emporterai pas ma coquille d’escargot à la pointe de mes souliers, par Jean-François Grunfeld

Jean-François Grunfeld raconte ses souvenirs d’enfance en 1943 à Oran, une drôle de ville. On y rencontre dans les rues des soldats américains, des Espagnols, des Arabes et des Juifs dont beaucoup ont fui l’Europe. Fils d’un Hongrois réfugié, le petit héros de Jean-François, qui ressemble assez aux enfants des histoires de Salinger, découvre le monde et la vie. En quelques années il est initié à tout ce qui compte vraiment : le jeu, la mort et le sexe. Mais le récit de cet apprentissage accéléré par la présence de la guerre et par le poids du soleil garde jusqu’au bout un ton qui mêle le rire aux larmes, le tragique au dérisoire. On retrouve le charme d’un temps et d’une terre quittés pour toujours et aussi les bruits, les odeurs et les émotions de l’Algérie des souvenirs.

Séfarade par sa mère née Bénayoun, Jean-François est PDG de Museumexperts, créateur du Salon international des musées (SIME), commissaire général du salon Museva et membre du comité scientifique du Mussef. Il a aussi écrit deux romans chez Grasset : Femmes obscures et Le 31 janvier, Lucien

Editions du Sagittaire, 1979, 240 p

From the rivers of Babylon to the Whangpoo, par Maisie Meyer

Auteur de Shanghai’s Baghdadi Jews, Maisie Meyer raconte dans ce livre l’histoire des Juifs de Bagdad arrivés à Shanghai en 1845, qui ont créé une communauté dynamique qui a duré un siècle. Elle examine l’interaction entre ces Juifs de Bagdad et leurs coreligionnaires ashkénazes, qui ont échappé à la persécution religieuse en Russie, et ceux qui se sont refugiés contre la persécution nazie. L’occupation japonaise pendant la Seconde Guerre mondiale et l’incorporation de la ville dans la République populaire de Chine en 1949 ont marqué la fin d’une communauté dont les membres avaient accompli des exploits spectaculaires pour faire de Shanghai un centre financier de premier plan.

University Press of America 2003, 331 p
Maisie présente son livre sur Zoom le 27 octobre à 19 h 30 (heure UK)

REGISTRES DE KETOUBOT DE LA NATION JUIVE DE LIVOURNE, par Alain Nejar et al

Les auteurs, spécialistes de la Généalogie des familles Livourno-tunisiennes, se sont fixés l’objectif d’aider les passionnés de généalogie à retrouver leurs ancêtres et faire revivre leur héritage livournais. Ayant eu accès aux archives de le Communauté Juive de Livourne, ils ont décrypté et relevé intégralement les actes de mariage de la Nation Juive, depuis sa création au début du 17ème siècle, jusqu’à la fin du 19ème, soit près de 6,800 ketubbot, écrits en hébreu et en araméen.

Par sa richesse et sa contribution historique, ce livre intéresse tout le monde méditerranéen et au-delà. Désormais, il devient possible d’établir les généalogies de toutes les familles originaires de la Nation Juive de Livourne, non seulement les descendants des Marranes portugais, mais également les levantins, les italiens, les ashkénazes, sans oublier les Juifs d’Afrique du Nord.

Ce livre vient de recevoir une Outstanding Publication Award par The International Association of Jewish Genealogical Societies (IAJGS).

Editions du Cercle de généalogie juive, 2020, 2 vol, 811 p

Histoire des Juifs, sous la direction de Pierre Savy

Ce livre propose un voyage à travers l’histoire des Juifs, à travers plus de trois millénaires d’une histoire riche et mouvementée, depuis la première mention extrabiblique d’Israël sur une stèle dressée par le pharaon Mérenptah, en 1207 avant JC jusqu’à la prise d’otages de l’Hyper Cacher en janvier 2015. Il est composé d’une succession de textes courts, chacun consacré à une date de l’histoire des Juifs : dates européennes ou mondiales, heureuses ou tragiques, internes à la vie des communautés ou relevant de l’histoire générale ; dates connues, comme l’expulsion des Juifs d’Espagne ou la création de l’Etat d’Israël, et dates moins attendues, qui sont comme le prétexte à une présentation de la culture juive ou l’occasion de découvrir des moments méconnus.

Presses Universitaires de France, 2020, 586 p

Pierre Savy est Directeur des études pour le Moyen Âge à l’École française de Rome. Il présente son livre sur zoom avec Audrey Kichelewski, Maitresse de conférences à l’Université de Strasbourg le 26 octobre à 19 h à l’Institut Elie Wiesel, sous la houlette de Sandrine Szwarc, journaliste culturelle et historienne. Cliquez ici pour vous inscrire.

The Jews of the Middle East and North Africa: the Impact of World War II, par Reeva Spector Simon

Reeva Spector Simon montre comment les Juifs vivant au Moyen-Orient et en Afrique du Nord ont été affectés par la guerre de 39-45. Elle décrit la propagande antisémite constante et les privations économiques générales, les bombardements, l’application des règlements antisémites de Vichy qui les ont laissés au chômage, sans abri, et soumis au travail forcé et à la déportation vers les camps de travail. Elle montre qu’ils se sont battus pour les Alliés et ont aidé les Américains et les Britanniques dans l’invasion de l’Afrique du Nord.

Reeva a été directrice associée de l’Institut du Moyen-Orient de l’Université Columbia et professeure d’histoire à l’Université Yeshiva. Elle est l’auteur de Iraq Between the Two World Wars et co-éditeur des Juifs du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord dans les temps modernes.

American Sephardi Federation, 2020

Trigano loves you- du Club Med au Mama Shelter, la fabrique du bonheur, par Serge Trigano

Fils de Gilbert Trigano, co-fondateur du Club Med, Serge raconte l’épopée d’une famille qui a marqué le monde des vacances et des loisirs : il y a eu Raymond, le patriarche qui a créé Trigano Camping, venu d’Algérie et sa femme venue de Turquie, leur fils Gilbert, co-fondateur du Club Med en 1963 avec Gérard Blitz, puis Serge qui a réglé ses pas sur ceux de son père, avant de fonder le groupe Mama Shelter avec ses deux fils, Jérémie et Benjamin.


Dans ce livre, non dénué d’une certaine amertume liée à son éviction du Club Med en 1997 par l’avocat du groupe Agnelli, dont il compare la brutalité avec une scène du Parrain de Coppola, Serge Trigano raconte cette formidable saga familiale qui a marqué quatre générations, des Trente glorieuses aux années 2020.

Albin Michel, 2020, 240 p

Pourquoi un musée du monde séfarade à Paris ?

Vous êtes un des derniers témoins de cette épreuve subie par les communautés séfarades, méditerranéennes et orientales au milieu du siècle dernier ? Ou ce sont vos parents ou grands-parents ou des amis proches qui vous l’ont racontée ? Vous pensez qu’elle doit être connue du grand public et servir d’exemple ? Aidez-nous à la maintenir vivante en nous envoyant de l’argent ou en nous envoyant votre histoire ou en vous impliquant personnellement !

Pour verser votre cotisation, à partir de 50 €,  cliquez !

Votre don ne vous coûtera qu’un tiers, voire un quart si vous êtes à l’IFI

Pour raconter l’histoire de votre famille, cliquez !

Pour vous impliquer personnellement, écrivez-moi.

Toutes les bonnes volontés sont appréciées et particulièrement pour nous aider dans la levée de fonds. Merci d’avance.

 Hubert Lévy-Lambert Président d’Amussef

LA MEMOIRE VIVE DES COMMUNAUTES JUIVES DU MONDE SEFARADE, MEDITERRANEEN ET ORIENTAL

Categories: Newsletter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *