.

Né à Paris en 1941 dans une famille judéo-espagnole venue d’Izmir (Turquie), Daniel Farhi vient de nous quitter. Après avoir exercé à Copernic, il avait fondé le MJLF en 1977. Daniel a beaucoup oeuvré pour la lutte contre l’oubli et pour le dialogue interreligieux. Il a écrit de nombreux livres dont Profession rabbin (2006).

Pour verser votre contribution à Amussef, cliquez ici.

Evènements passés

  • Les juifs et les autres minorités dans l’Islam méditerranéen, du 9 au 11 juin

Les communautés juives, qui vécurent durant des siècles en terres d’Islam, sur un territoire s’étendant de la Perse au Maroc, des Balkans à la péninsule Arabique, ont presque toutes disparu. À partir de la fin du XIXe et au cours du XXe siècle, parfois volontairement mais le plus souvent sous la contrainte, les juifs ont quitté le monde musulman pour gagner l’Europe, les Amériques ou Israël. Les sociétés, auxquelles ils appartenaient parfois depuis des millénaires, ont été amputées de leur présence et les juifs ont souvent disparu de la mémoire de ces pays dont ils partageaient la culture.

Tenu au mahJ du 9 au 11 juin sous la direction scientifique de Bernard Haykel, Princeton University, et de Lucette Valensi, EHESS, ce colloque international a abordé les relations des juifs avec les musulmans majoritaires, mais également avec d’autres minorités (chrétiens d’Orient, ibadites, chiites, Européens, etc.) pour approcher au plus près la réalité de ces sociétés multiculturelles. Des contextes aussi divers que le Yémen, la Syrie, la Turquie, le Liban, la Tunisie ou l’Algérie ont été abordés, touchant à des domaines tels que le droit islamique, les nationalismes arabes et le sentiment national des juifs, les solidarités intercommunautaires, les interactions culturelles, le dialogue interreligieux, la création artistique et littéraire.

Cliquez ici pour voir l’ensemble des riches débats de ce colloque.

Evénements en cours ou à venir

  • Une autre idée du monde, film de BHL et Marc Roussel le 12 septembre sur la 5

Nigéria, Ukraine, Somalie, Grèce, Bangladesh, Kurdistan, Libye, Afghanistan… Pendant que l’Occident se confine dans la peur d’un virus inconnu, Bernard-Henri Lévy se rend sur le terrain à la rencontre de femmes, d’hommes et d’enfants qui n’ont pas attendu la Covid pour être malmenés par la vie, la guerre, l’exode, la pauvreté, la faim et devenir les damnés de la Terre d’aujourd’hui. Tantôt reportage de guerre, tantôt témoignage sur les plus déshérités d’entre nous. 

Passé en juin sur Canal +, ce film choc passe le 12 septembre sur la 5.

  • Comment les juifs du Moyen-Orient peuvent récupérer leurs biens ? 14 septembre à 20 h 30

Le départ des pays arabes de près d’un million de réfugiés juifs dans la seconde moitié du 20e siècle a entraîné l’abandon ou la saisie de leur patrimoine – dossiers, archives, documents, objets. Cependant, les gouvernements arabes prétendent maintenant que le patrimoine des exilés leur appartiendrait ! Que dit le droit international sur le sujet, quelles sont les chances que le patrimoine juif soit restitué à ses propriétaires légitimes, et quelles voies – légales ou non – leur sont ouvertes ?

Débat organisé par Harif le 14 septembre à 20 h 30 en collaboration avec le Centre Simon Wiesenthal (Europe), avec Carole Basri, militante pour les archives juives irakiennes, Yves Fedida, militant pour l’héritage juif égyptien, Bruce Montgomery, expert universitaire en archives perdues, ainsi que plusieurs juristes éminents.

Cliquez ici pour plus de détails.

  • Coupable, avec Richard Anconina, jusqu’au 30 décembre

Une nuit de garde au commissariat de Lille, Pascal reçoit un étrange appel d’une femme en danger. La communication est subitement coupée. Prêt à tout pour sauver cette voix dans la nuit, Pascal bascule dans une course effrénée contre la montre. 

Mise en scène par Jérémie Lippmann, Coupable est une adaptation du thriller danois The Guilty, réalisé par Gustav Möller.

Né en 1953 dans une famille juive d’origine marocaine, récompensé par deux Césars, Richard Anconina a tourné dans de nombreux films à succès, dont Tchao pantin, Itinéraire d’un enfant gâté ou La vérité si je mens, mais il n’était pratiquement jamais monté sur les planches. Voir son interview par Nathalie Simon dans le Figaro du 2 septembre.

Studio Marigny, jusqu’au 30 décembre

  • Concert de Dafné Kritharas le 10 octobre

Retenez la date du dimanche 10 octobre pour assister au grand concert de Dafné Kritharas organisé par Aki Estamos à l’Alhambra dans le cadre des Journées européennes de la Culture et du Patrimoine juifs. Vous pouvez réserver vos places en cliquant sur ce lien.

  • Juifs et musulmans, une histoire partagée, les 16 et 23 novembre et le 30 janvier

Ce parcours croisé mahJ-IMA propose de faire découvrir la richesse du patrimoine commun aux cultures juive et musulmane, avec Yaële Baranes, conférencière du mahJ, et Élodie Roblain, conférencière de l’IMA. Cliquez ici pour plus de détails.

  • Commémoration des exils, le 28 novembre à 14 h

La journée de commémoration de l’exil des juifs des pays arabes, organisée par Amussef, aura lieu dimanche 28 novembre de 14 h à 19 h, dans la salle des fêtes de la Mairie de Paris Centre, rue Eugène Spueller (ancienne mairie du 3ème). Ariel Weil, maire de Paris Centre, ouvrira les débats. Plus de détails dans une prochaine lettre.

  • Juifs du Maroc : le départ et les liens, le 9 janvier de 11 h à 21 h 30

Le mahJ présente le 9 janvier à partir de 11 h quatre films qui abordent les raisons et les circonstances du départ des juifs du Maroc et témoignent de leur lien indéfectible avec leur pays d’origine : Zaiza, Dans tes yeux je vois mon pays, Juifs marocains, destins contrariés et Un brin de chance. Cliquez ici pour plus de détails.

  • Juifs du monde arabe, pourquoi sont-ils partis ? les 18, 19 et 20 janvier

Coordonné par Claire Marynower (Pacte / Institut universitaire de France) et Joseph Hirsch (mahJ), ce colloque à l’auditorium du mahJ se propose de rouvrir le dossier du départ des juifs du monde arabe, dans une perspective comparative éloignée des usages politiques de l’histoire, en abordant notamment l’histoire longue des incidents entre juifs et musulmans au Maghreb et au Moyen-Orient ainsi que le rôle des idéologies nationalistes arabe et sioniste, et en analysant le rôle de multiples acteurs politiques dans le processus des départs. Cliquez ici pour plus de détails.

Lectures de rentrée

  • Il y aura d’autres jolis mois de mai, par Jacques Attali

« Le 10 mai 1981, nous vivons intensément, rue de Solférino, ce qui va devenir un moment très particulier pour la France : le premier gouvernement de gauche depuis 1936. Je suis pris dans l’euphorie de l’instant que j’espère depuis bientôt dix ans, dont d’autres rêvent depuis bien plus longtemps… Serons-nous à la hauteur des espoirs des quinze millions d’électeurs qui ont voté pour François Mitterrand ? … ».  Soixante ans plus tard, constatant que tant de drames et de menaces s’accumulent sur le destin de tant de gens, Jacques Attali regarde derrière lui…

Né en 1943 à Alger, rapatrié en France en 1956, Jacques Attali est polytechnicien, ingénieur des mines, énarque et conseiller d’Etat. Il a été conseiller spécial de François Mitterrand. Il a écrit plus 80 livres. Plus de détails sur notre lettre du 12 février.

Fayard, 2021, 198 p.

  • Un siècle d’avocats, par Elie Korchia

Cet ouvrage a pour fil conducteur son maitre René Hayot, pour raconter un siècle de Justice au travers, notamment, d’affaires retentissantes auxquelles a participé son maître. Par ce témoin actif, drapé dans sa robe noire, nous revivons ces dernières décennies, grâce à une enquête minutieuse et de nombreuses rencontres auprès de grands avocats, de journalistes ou de grands témoins ; ainsi il peut nous faire revisiter l’histoire séculaire du Palais et de certains grands dossiers : de l’affaire Marie Besnard à l’affaire Ben Barka, en passant par l’affaire des fuites. Mais il esquisse aussi le portrait de dix avocats d’exception, qui ont marqué de leur empreinte l’art de la plaidoirie moderne.

Né en 1971 à Paris, Elie Korchia est avocat au barreau de Paris. Il est aussi vice-président du Consistoire central. Candidat unique à la succession de Joël Mergui à l’automne 2021, il a écrit à ses débuts cette réflexion passionnante sur sa profession.

Ed. Tiresias, 2000, 399 p.

CONTRIBUEZ A AMUSSEF !

Le MUSSEF s’est donné comme devoir d’entretenir la mémoire des juifs du monde séfarade, méditerranéen et oriental, exilés au milieu du siècle dernier. Sa raison d’être est de raconter leur histoire et leur souffrance et d’en faire un exemple universel d’ouverture et de tolérance. Cliquez ici pour plus de détails sur ce magnifique projet.

Adhérez à Amussef ou renouvelez votre adhésion pour 2021. Votre cotisation ne vous coûte qu’un tiers après impôt. 

Vous êtes Membre actif avec 50 €. Vous pouvez aussi être Donateur (100 €) ; Bienfaiteur (300 €) ; Mécène (1000 €) ; Fondateur (10.000 €) ; Parrain (50.000 €), membre du Cercle Maïmonide (à partir de 100.000 €).

Pour contribuer à Amussef, le plus simple est d’utiliser Hello Asso

Merci d’avance et chana tova !

 Hubert Lévy-Lambert, Président d’Amussef

LA MEMOIRE VIVE DES COMMUNAUTES JUIVES DU MONDE SEFARADE, MEDITERRANEEN ET ORIENTAL

 Instagram Facebook  Twitter LinkedIn Youtube

Categories: Newsletter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *