Juifs arrivant du Yemen (photo Zoltan Kluger)

L’organisation américaine JIMENA, qui défend les Juifs du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord (MENA), a lancé une campagne pour recueillir des témoignages d’individus et de groupes dans le but de s’assurer que l’ONU n’ignore pas les expériences et les violations des droits de l’homme subies par les Juifs de la région. L’initiative est soutenue par HARIF, l’Association britannique des Juifs de la région. Cliquez ici pour plus de détails.

Evénement récent

Juifs heureux en terres d’islam ? L’éclairage de l’histoire et les enjeux du moment, colloque Dialogia du 15 février.

JUIFS DU YEMEN CELEBRANT TOU BISHVAT AU CAMP D’IMMIGRANTS DE ROSH HA’AYIN

Co-fondateur de Dialogia, Shmuel Trigano nous dit : « La question de l’identité et de l’histoire des Juifs originaires du monde arabo-musulman s’est retrouvée au cœur de l’actualité politique et du débat idéologique en France ces derniers mois (exposition à l’IMA et colloques au MahJ). Ces manifestations très controversées ont exclu toutes les voix divergentes. Les contributeurs à ce colloque de Dialogia, tous auteurs de milliers de pages consacrées à ces sujets et pour la plupart universitaires (Georges Bensoussan, Yosef Charvit, Paul Fenton, Jean-Pierre Lledo, Shmuel Trigano), entendent à cette occasion rappeler leur propre analyse afin d’ouvrir au public une autre perspective, de répondre à l’égarement ressenti dans de nombreux milieux, mais aussi de les prémunir contre la fausse conscience de leur propre histoire qu’ils pourraient se forger. Mais il n’y a pas que le savoir à être en jeu. Il en va aussi de la mémoire de la dernière génération à avoir vécu le naufrage d’une existence collective millénaire…»

Cliquez ici pour voir le programme et l’enregistrement vidéo du colloque.

Evénements en cours ou à venir

  • Gad Elmaleh en tournée à partir du 4 mars

Après Sans tambour, Gad Elmaleh, né en 1971 à Casablanca, est de retour avec un nouveau seul en scène : D’ailleurs, qu’il a rodé à Paris en février. Il sillonne la France en mars et avril et revient à Paris fin avril. Cliquez ici pour plus de détails.

  • Spectacle musical de Transmosaïk le 5 mars à 20 h 30

Le 5 mars à 20 h 30, venez revivre l’âge d’or des cabarets et music-halls orientaux des années 40 et 50 à travers des chansons d’artistes originaires d’Algérie à l’Atelier Coriandre, 86 Rue Gaston Lauriau, 93100 Cliquez ici pour réserver.

  • Festival de musique judéo-tunisienne le 6 mars à 14 h

L’association internationale de sauvegarde du patrimoine culturel des juifs de Tunisie (AIS-PCJT) organise un festival de musique judéo-tunisienne à la Maison de la Tunisie, 45 bd Jourdan, Paris. Inscriptions auprès de Pierre Mamou au 06 09 66 84 91.

  • Patrick Zachmann, voyages de mémoire, jusqu’au 6 mars au mahJ

Bientôt la fin de la grande rétrospective de l’œuvre de Patrick Zachmann, photographe, photojournaliste et réalisateur. Né en 1955 à Choisy-le-Roi, Patrick est membre de l’agence Magnum et lauréat des prix Niepce (1989) et Nadar (2016). Il a illustré un magnifique livre sur la cathédrale Notre-Dame de Paris.

–        Quitter l’Algérie, rencontre littéraire avec Marie-Claude Akiba-Egry et Marc Sadoun, le 8 mars à 19 h 30 à l’Ecuje

Quelles mémoires de l’Algérie ? L’une est psychanalyste, l’autre politologue. Marie-Claude Akiba-Egry et Marc Sadoun explorent les marques d’une enfance inscrite dans les blessures de l’Histoire.
Ils sont les invités d’Esther Leneman, le 8 mars à 19h30 à l’ECUJE. Cliquez ici pour plus de détails.

  • La généalogie des juifs de Tunisie par Hervé Kabla au CFJT le 13 mars à 18 h 30

Hervé Kabla nous dit : « Alors que l’arbre des juifs de Tunisie que j’ai débuté il y a quelques années ne cesse de s’accroître, pour bientôt atteindre 88.000 individus, une nouvelle initiative vient de donner une nouvelle impulsion au travail de recherche sur la généalogie des juifs tunisiens. David Gamrasni, qui a monté un arbre spécialisé sur les familles de Sfax, a en effet lancé un groupe Facebook dédié à l’ensemble des familles juives de Tunisie. »

Conférence le 13 mars à 18 h 30 en présentiel et en zoom. Cliquez ici pour plus de détails.

  • Juifs d’Orient, une histoire plurimillénaire, à l’IMA jusqu’au 13 mars

La magnifique exposition Juifs d’Orient, Une histoire plurimillénaire, se termine le 13 mars. Voir notre lettre du 8 décembre

  • Le journal d’Audrey au Théâtre de Nesle, jusqu’au 27 mars

Issue d’une famille juive du Caucase, Gala Vinogradova est Docteur de l’École Polytechnique en épistémologie appliquée, spécialisée dans l’étude de conflits. Elle reprend cet émouvant spectacle sur Audrey Hepburn et Anne Frank, qu’elle a rodé avec succès en 2019. Théâtre de Nesle, 8 rue de Nesle, 75006 Paris, jusqu’au 27 mars. Cliquez ici pour voir son interview par Lise Gutmann sur Radio J le 28 février et Cliquez ici pour réserver.

  • Juifs et musulmans, une histoire partagée, du 5 avril au 17 juillet au Musée de l’Immigration
Big bang par Kader Atttia, 2005

La France est aujourd’hui le pays d’Europe qui compte les populations juives et musulmanes les plus importantes du continent. Une histoire française qui naît dans l’espace colonial du Maghreb et se poursuit en France métropolitaine depuis les années 1960. Cette exposition présente des documents, des œuvres d’art, des objets et des récits. Ils narrent cette histoire et la manière dont l’État français a pris part à cette relation. Après avoir partagé les mêmes langues et la même culture pendant près d’un millénaire, les juifs et les musulmans du Maghreb voient leur destin collectif bouleversé par la colonisation française. Rapprochement au sein d’une même communauté de destin ou séparation selon différentes lignes de fracture, cette exposition – dont le commissaire général n’est autre que Benjamin Stora, « a pour but de contribuer au vivre ensemble. » déclare Sébastien Gökalp, directeur du Musée. A vous de juger ! Cliquez ici pour plus de détails.

Nouvelles lectures

  • Saturne, par Sarah Chiche, en livre de poche
oznorTO_vivi

Dans ce roman autobiographique, dont nous avons déjà parlé dans notre lettre du 17 octobre 2020, Sarah Chiche décrit l’histoire de son arrière-grand-père, grand médecin dans l’Algérie française, qu’il a dû fuir en 1962, et les heurs et malheurs, la vie et la mort, de ses descendants installés en France.

Sarah Chiche est psychologue, psychanalyste et écrivain. Elle a écrit les Enténébrés (2019). Sarah était l’invitée de François Busnel dans la Grande Librairie le 2 mars.

Points, 2022, 192 p.

  • Souveraineté industrielle, vers un nouveau modèle productif, par Elie Cohen

Quel modèle productif se dessine pour la France d’aujourd’hui ? Avec quelle gouvernance ?
Ce livre est animé par une conviction : dans un monde de plus en plus régi par les rapports de force, où la dépendance a tôt fait de se transformer en vulnérabilité, renouer avec l’ambition de souveraineté industrielle est une nécessité. Car toute politique industrielle est une politique de développement. Comment négocier aujourd’hui cette nouvelle étape de la mondialisation avec le redéploiement industriel ? Sur quels outils l’État doit-il s’appuyer ? Quand l’échelle européenne est-elle indispensable ?

Né à Meknès en 1950, Elie Cohen est diplômé de Sciences Po (1972), docteur en gestion de Dauphine, docteur en science politique et directeur de recherche au CNRS. Il a écrit de nombreux livres depuis Qui gouverne les groupes industriels (1981) jusqu’à Le Décrochage industriel (2014) et La valse européenne (2021). On le voit souvent dans C dans l’air sur France 5.

Odile Jacob, 2022, 240 p.

  • Rien ne nous séparera, par Thierry Cohen

Inspiré de faits réels, ce roman commence au Maroc en 1964. Sarah et Jacob sont de pauvres paysans. Si pauvres que Jacob, contre l’avis de son épouse, accepte de confier provisoirement leur fille et leur fils à une institution de bienfaisance. Une décision qu’il regrettera toute sa vie car, quelques mois plus tard, l’institut leur annonce que les petits sont décédés. Douze ans après le drame, une rencontre réveille le père endeuillé et le conduit à douter de la mort de ses enfants. Commence une longue quête, faite d’espoir et d’épreuves, qui le mènera peut-être à ceux que la vie lui a arrachés.

Né en 1962 à Casablanca, Thierry Cohen a écrit de nombreux romans. Le premier, J’aurais préféré vivre (2008), a été un grand succès et a obtenu le Grand Prix Jean d’Ormesson pour sa capacité à défendre la langue française. Il est fondateur de l’association Noël Ensemble.

Plon, 2022, 432 p.

  • L’enfant de l’entre deux, par Marc Sadoun

Marc Sadoun évoque son enfance de jeune Français d’Algérie à travers son ambivalence originelle d’homme entre deux rives et deux religions. De son enfance en Algérie, le narrateur se rappelle la lumière, la chaleur. Mais aussi le décalage qui distingue la vie stricte et pieuse d’une famille juive, et la liberté, la légèreté de la vie en métropole d’où vient sa mère chrétienne. Le contraste entre un monde traditionnel et réglementé, et un monde ouvert aux infinies possibilités, aux espaces étendus, est saisissant.

Politologue, Marc Sadoun est professeur à l’Institut d’études politiques de Paris. Il a notamment publié La Démocratie imparfaite. Essai sur le parti politique (avec J-M Donegani, 1994). Il signe son livre le 8 mars à l’Ecuje (voir plus haut).

Bouquins, 2022, 272 p.

Lorsque cheikh Sassoon ben Saleh Sassoon, ancien trésorier en chef du pacha de Bagdad, a fui la capitale irakienne en 1830 après avoir reçu des menaces, ses perspectives immédiates en Iran sont apparues sombres. Personne n’aurait pu prédire qu’en une génération, le nom Sassoon serait synonyme de l’une des plus grandes entreprises commerciales de la planète. Selon les mots d’un concurrent, « l’argent et l’or, les soies, les gommes et les épices, l’opium et le coton, la laine etle blé – tout ce qui se déplace sur la mer ou la terre sent la main ou porte la marque de Sassoon and Co ». Ils étaient « les Rothschild de l’Est »…

Cliquez ici pour voir la recension de ce livre par Kathryn Hugues dans The Guardian du 25 février. 

PhD d’Oxford, Joseph Sassoon est professeur d’histoire et de politique économique à Georgetown University où il dirige le Center for Contemporary Arab Studies. Il a écrit de nombreux livres dont The Iraqi Refugees: The New Crisis in the Middle East (2009), Saddam Hussein Baath party (2011) et Anatomy of autoritarism in the Arab republics (2016).

Allen Lane, 2022, 448 p.

Les lecteurs écrivent

Cher Hubert Lévy-Lambert,

Vous n’avez pas inauguré votre musée rue de Constantine, mais vous avez fait plus ces derniers mois : de semaine en semaine, vous donnez vie à un Forum où vous déclinez l’essentiel de la vie artistique, culturelle et sociale de la sphère séfarade. Votre opiniâtreté, votre talent et votre courage désencombrent bien des amnésies. Maurice A.

Merci Hubert !
J’apprécie beaucoup ta newsletter, très bien présentée, attractive et qui nous rappelle tout ce qu’il y a d’intéressant dans la communauté. Beau travail ! Michèle R.

Bonnes lectures !

Hubert Lévy-Lambert, Président fondateur d’Amussef

Categories: Newsletter

1 Comment

Nicole · 5 mars 2022 at 10 h 16 min

Merci Hubert pour ce newsletter très informatif !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *