Ils sont Pieds-Noirs et racontent leur vie en Algérie dans Mémoires d’exil, un hors-série de mars 2022 de Midi Libre. Voir détails plus bas.

Evénements en cours ou à venir

  • Ecrire l’oral, mission impossible, périlleuse ou salutaire ? par Lionel Naccache le 11 avril à 19 h

En quoi l’oral se distingue-t-il de l’écrit ? Cette question d’apparence anodine, voire scolaire, pourrait se révéler bien plus épineuse et exiger de nous des réponses urgentes à l’heure où l’irruption du numérique dans nos réseaux sociaux floute la frontière entre le langage écrit et le langage parlé d’une manière inédite à une vaste échelle : un texto, un tweet, un post relèvent-ils de l’écrit ou de l’oral. Cliquez ici pour vous inscrire à cette conférence des lundis d’Elie Wiesel sur zoom.

  • Histoire de l’antisémitisme le 12 avril à 20 h 55 sur Arte

Diffusé à une heure de grande écoute, ce documentaire de Jonathan Hayoun comprend 4 parties ; les origines (38-1144) ; le temps du rejet (1144-1791) ; de l’émancipation à la Shoah (1791-1945) ; après la Shoah : la communauté internationale découvre avec stupeur l’extermination de 6 millions de juifs. Pourtant, l’antisémitisme n’a pas disparu, comme en témoigne le pogrom de Kielce, en Pologne, où des rescapés des camps sont massacrés. Après la proclamation de l’État d’Israël en 1948, les populations juives doivent, en majorité, quitter les pays arabes. En 1965, à l’issue du concile Vatican II, l’Église met fin à deux mille ans d’antijudaïsme. Après une période d’accalmie dans les années 1960, l’antisémitisme adopte de nouveaux visages…

  • Camino Sefarad, émission de Vidas Largas, sur RCJ le 14 Avril

Marcel Hasday propose un texte sur Pessah’ tiré de plusieurs Haggadoth, Gilbert Sagues les recommandations données en 1941 par le Rabbin Korets à Thessalonique pour fêter Pessah, malgré le manque d’ingrédients. Dora Koken explique comment faire les délicieux beignets de Pessah. Nicole Polge change de registre en évoquant une grande dame, rentrée au Panthéon : Joséphine Baker. RCJ 94.8 le 14 avril à 23 h.

  • Marcel Proust. Du côté de la mère, au Mahj du 14 avril au 28 août

Complétant l’exposition sur le Paris de Marcel Proust au musée Carnavalet, cette exposition présente Proust à travers le prisme de sa judéité. Organisée à l’occasion du centenaire de sa mort, elle met en avant un axe important de la construction de sa personnalité et de son œuvre. Peintures, dessins, gravures, ouvrages permettent de découvrir ce sujet inédit, à travers des thèmes touchant aux liens familiaux et aux « mondes » de Proust, ainsi qu’à ses engagements. Cliquez ici pour plus de détails.

  • Moi aussi j’ai vécu, par Hélios Azoulay au théâtre du Rond-Point jusqu’au 17 avril


Steve Suissa accompagne Hélios Azoulay, romancier, clown noir, directeur de l’Ensemble de Musique Incidentale, compositeur et clarinettiste génialement imprévisible. Dans son autobiographie rêvée, il crie « Moi aussi j’ai vécu. ». Cf plus bas la recension de son livre et Cliquez ici pour plus de détails.

  • Voyage culturel et touristique au Portugal du 23 au 26 juin

Ce voyage est organisé par l’Institut européen d’études et de recherches marranes dirigé par Pierre Mamou, auteur de Marranes, crypto-juifs et tribus perdues (notre lettre du 3 juillet 2021). Programme complet et inscriptions au 06 09 66 84 91 ou instituteuropeenmarranes@gmail.com

Nouvelles lectures

  • Le paquebot, par Pierre Assouline

Février 1932. Jacques-Marie Bauer, libraire spécialisé en ouvrages de bibliophilie, s’embarque à Marseille sur le Georges Philippar, un paquebot flambant neuf en route vers le Japon. Nouant des liens avec les autres passagers — le commandant Pressagny et sa petite-fille, l’assureur Hercule Martin, le pianiste russe Sokolowski, ou encore la séduisante Anaïs Modet-Delacourt —, il demeure mystérieux sur le motif de son voyage. Lorsque entrent en scène des Allemands, des camps ennemis se forment au sein de cette petite société cosmopolite : l’ascension d’Hitler divise l’assemblée. Aux sombres rumeurs du monde fait écho, sur le bateau, une suite d’avaries techniques inquiétantes… À travers l’histoire épique et dramatique de cette croisière pendant laquelle le grand reporter Albert Londres trouva la mort, c’est le naufrage de l’Europe que Pierre Assouline retrace en un tableau saisissant.

Né en 1953 à Casablanca, Pierre Assouline est journaliste, chroniqueur de radio et écrivain. Il a écrit de nombreuses biographies dont Monsieur Dassault (1983), Albert Londres (1989) ou Le dernier des Camondo (1997) ainsi que des romans dont La cliente (1998, prix Wizo) ou Retour à Sefarad (2018).

Gallimard, 2022, 416 p.

  • Le petit foulard de Marguerite D, par Colette Fellous

C’est très simple, je voudrais retrouver le moment où soudain Marguerite s’est arrêtée de me parler et que tout s’est suspendu. Nous étions assises l’une en face de l’autre, Marguerite Duras et moi, un après-midi d’automne, chez elle, 5 rue Saint-Benoît, je portais un gilet en grosse laine rouge et blanc et un petit foulard de soie léopard tacheté noir et blanc. À un moment, et c’est celui-là précisément que je voudrais retrouver, elle m’a fixée, légèrement absente, la beauté de son visage, ses yeux bleus et purs, son air unique et souverain de Marguerite D. “ Tu vois, j’étais exactement comme toi. Le même foulard, les mêmes couleurs, pareille”. Entre nous, sur la table, des feuilles de papier, un magnétophone, des stylos, et le livre ouvert : Emily L. J’étais venue pour qu’elle me parle d’elle.

Née en 1950 à Tunis, Colette Fellous a quitté la Tunisie en 1967. Elle a suivi des études de Lettres modernes à la Sorbonne et a étudié avec Roland Barthes à l’École pratique des hautes études de 1971 à 1975. Elle a créé et dirige au Mercure de France, la collection « Traits et portraits ». Elle a été comédienne (le Festin de pierre…) et productrice sur France Culture (Nuits magnétiques puis Carnet nomade). Elle a écrit de nombreux livres dont Roma (1982) ou Aujourd’hui (2005, prix Marguerite Duras), Camille Claudel (2018).

Gallimard, 2022, 112 p.

  • Adieu la liberté, par Mathieu Slama

Très discutable, la thèse de Mathieu Slama est que la crise du Covid-19 a révélé un nouveau totalitarisme  » soft  » fondé sur une idéologie du  » safe « . Il analyse les faits et les mots qui ont fait croître l’acceptation de la servitude chez un peuple pourtant réputé rebelle depuis la Révolution. Avec l’assentiment d’une majorité de Français, une société de l’ordre et de la surveillance s’est installée ; la démocratie est devenue management, le politique s’est effacé devant la science et les citoyens libres se sont transformés en population docile à discipliner. L’auteur n’a apparemment pas entendu parler des gilets jaunes ni des bonnets rouges ou des émeutes de Corse ou des territoires perdus de la République, sans aller au delà de nos frontières en Iran, en Chine ou en Russie !

Né en 1986, fils de Alain-Gérard Slama, politologue, né en 1942 à Tunis, Mathieu Slama est consultant, analyste politique et communicant. Il a écrit La guerre des mondes, réflexions sur la croisade de Poutine contre l’Occident (2016). On attend la suite !

Presses de la Cité, 2022, 270 p.

  • Pieds noirs, mémoires d’exil, édité par Catherine Unac

À l’occasion des 60 ans des accords d’Evian, Midi Libre publie un magazine exceptionnel avec les témoignages de ceux qui ont dû quitter l’Algérie, leur maison, leurs amis, leurs collègues, leur école… Ils livrent leurs souvenirs, leur exil, leur arrivée en France… Enfants et petits-enfants de pieds-noirs racontent comment leurs parents leur ont transmis cette histoire et ce qu’elle représente pour eux. Curieusement, la plupart des témoignages viennent de séfarades, comme Alain Afflelou, Alexandre Arcady, Georges-Marc Benamou, Jean-Claude Beton, Patrick Bruel, Jean-Pierre Elkabbach, Enrico Macias, Benjamin Stora ... Cliquez ici pour plus de détails.

Hors série, Midi libre, mars 2022, 138 p.

  • Comment on massacre la psychiatrie française, par Daniel Zagury

Daniel Zagury explique que la situation de la psychiatrie publique n’a cessé de se dégrader depuis plus de vingt ans ! La fermeture massive des lits hospitaliers, le doublement du nombre de patients suivis, la chute de la démographie hospitalière ont conduit à l’asphyxie du dispositif et à l’épuisement physique et moral du personnel soignant… Daniel Zagury donne ses propositions pour remédier à cette situation mais il n’a apparemment pas entendu parler des dizaines de milliards déversés par Macron à la suite du Ségur de la santé ?

De famille marocaine, Daniel Zagury est né en 1950 à Courbevoie. Chef de service au Centre psychiatrique du Bois de Bondy, il a écrit de nombreux articles et livres dont Le tueur en série (1997). Expert dans l’affaire Sarah Halimi, il écrit que le discernement de l’assassin n’était pas « aboli » mais « altéré » du fait d’une consommation « consciente et volontaire ». L’acte serait donc « délirant et antisémite.

L’Observatoire, 2021, 272 p.

Bonnes lectures et bonnes fêtes ! Et bon vote !!

Hubert Lévy-Lambert, Président fondateur d’Amussef

Categories: Newsletter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *