J’ai le plaisir de vous informer de l’ouverture du site de l’Institut Européen du Monde Séfarade (INSSEF).  Vous y trouverez le mot du Président Serge Dahan, la charte de l’Institut et un tas d’informations intéressantes, dont ma lettre hebdomadaire, qui sera dorénavant diffusée via l’Inssef. Cliquez ici pour continuer à la recevoir, sans engagement.

Evénements en cours ou à venir

  • Cérémonie des Déportés, dimanche 18 septembre à 10 h 45 à la Victoire et en direct sur France 2

Le Consistoire de Paris et le Consistoire central organisent tous les ans une cérémonie à la mémoire des déportés juifs de France dans la Grande synagogue de la Victoire, en présence des représentants de la République et des autorités officielles. Cette année, un hommage particulier sera rendu aux Justes de France. Commentée par Francis Huster et mise en scène par Steve Suissa, la cérémonie est retransmise en direct par France 2. Cliquez ici pour plus de détails.

  • Histoire des Séfarades, des Conversos, et de leurs descendants, le 20 septembre à 19 h au CEJ

Joël Mergui, président du Centre Européen du Judaïsme, en partenariat avec le Musée ANU (Musée du peuple juif) de Tel Aviv et Pierre Mamou, de l’Institut de recherches marranes, vous invitent à l’inauguration de l’exposition exceptionnelle sur l’Histoire des Séfarades, des Conversos, et de leurs descendants, le 20 septembre à 19 h au Centre Européen du Judaïsme, place de Jérusalem, Paris XVII.

Cliquez ici pour plus de détails.

–        Du TGM au TGV, une histoire tunisienne, les 22 septembre et 6 octobre à 20 h au MahJ

Ce documentaire est réalisé par Ruggero Gabbai, écrit par Sonia Fellous et produit par Gilles Samama France, 2022, 80 min. La séance sera suivie d’un débat avec Sonia Fellous, (CNRS – Institut de recherche et d’histoire des textes).

Cliquez ici pour vous inscrire à la séance du 6 octobre (le 22 septembre est complet).

–        La Diaspora portugaise à la Maison du Portugal, jusqu’au 7 octobre

Présentée en juillet à la mairie de Paris Centre dans le cadre du festival des Cultures juives, cette exposition proposée par les éditions Chandeigne et conçue par Livia Parnes raconte l’histoire des juifs du Portugal de 1492 à nos jours. Sous-titrée Nouveaux-chrétiens, crypto-juifs, marranes, les gens de la « Nation » (XVe-XXIe siècle), elle nous mène en 21 panneaux à travers les siècles du Portugal, où ils sont baptisés de force en 1497, à Goa, Ancone et Ferrare, Venise et Livourne, Constantinople, la France, Amsterdam, Hambourg, Londres, le Brésil, les Caraïbes, les Amériques et, depuis le siècle dernier, un timide retour au Portugal dont il semble que certains oligarques aient tenté d’abuser…

Cité Universitaire, Maison du Portugal, jusqu’au 7 octobre

  • Exposition de photos de Régine Bessis à St Paul de Vence jusqu’au 31 octobre

Sous le titre de Photos-promenade, Régine Bessis présente à Saint Paul de Vence quelques clichés pris lors de ses voyages : Cannes, New York, Tel Aviv. Les sujets ne sont pas sur le thème juif mais lui ont permis de poser son regard artistique sur le Street art de Tel Aviv, les Feux d’artifice de Cannes, l’architecture de Tel Aviv et New York (dont un a été sélectionné et exposé en 2020 au Trieste Photo Fringe). Galerie Casa d’Amor jusqu’au 31 octobre.

Née à Tunis en 1950, Régine Bessis a de nombreuses cordes à son arc dont le piano et la photographie. Elle a fondé les Journées Européennes de la Culture et du Patrimoine Juifs des Alpes Maritimes et le Festival Musiques Croisées de Cannes. Voir son interview dans notre lettre du 26 juin 2021.

  • Journées Européennes de la Culture Juive, jusqu’au 13 novembre à Antibes, Cannes et Nice

Comme chaque année depuis 10 ans, Régine Bessis organise les « Journées Européennes de la Culture Juive Côte d ‘Azur » (créées sous le nom de JECPJAM).

Cliquez ici pour découvrir le programme complet des évènements qui se dérouleront à Antibes, Cannes et Nice à partir du 11 septembre.

  • Un dimanche à Djerba, le 18 septembre au Mahj

Dans le cadre de l’exposition de photos de Djerba de Jacques Perez (notre lettre du 3 juin), le Mahj organise une rencontre le 18 septembre à 14 h 30 avec Gabriel Kabla, fondateur de l’Amicale des juifs de Jerba, animée par Jérémy Guedj, suivie à 17 h par la projection du documentaire « La Ghriba, une communauté juive au cœur de l’Islam »​​​​​, de Wolfgang Lesowsky. Cliquez ici pour plus de détails.

  • Orienbal le 22 septembre à 20 h 30 à la Comédie Nation

La Compagnie Transmosaïk a la joie de vous représenter sa création 2021 L’OrienBal, qui fait revivre l’âge d’or des cabarets orientaux parisiens des années 40 et 50 à travers des chansons d’artistes originaires d’Algérie et d’Egypte. Revivez le parcours musical des maîtres des chansons populaires en langues arabe et francarabe. Les rythmes maghrébins côtoient les rythmes latins, cubains, argentins … 

Distribution : Yaël Morciano: chant & clarinette, Charles Rappoport: violon & mandoline, Gheorghe Ciumasu: accordéon, Matis Regnault : contrebasse, François Collombon: percussions. Cliquez ici pour retenir votre place au tarif spécial de 13,50 € au lieu de 18,50 €.

  • Concert Mozart de Yaïr Benaïm le 29 septembre à 20 h 30

Lors de ce concert, Yaïr Benaïm accompagne la pianiste Dana Ciocarlie, avec trois solistes de l’Open Chamber Orchestra, Vinh Pham (violon), Teodor Coman (alto) et Diana Ligeti (violoncelle), dans deux concertos de Mozart, le numéro 12 kv 414, et le numéro 13 kv 415, dans la version pour piano accompagné par quatuor à cordes. 

Jeudi 29 Septembre, 20h30, Salle Byzantine (Ambassade de Roumanie, 123, rue Saint Dominique, 75007 Paris). Cliquez ici pour plus de détails.

  • Inauguration du musée juif de Bayonne, le 2 novembre

Installé dans un pavillon de la synagogue, le musée du judaïsme bayonnais Suzanne et Marcel Suarès, du nom des grands-parents de la fondatrice Déborah Loupien-Suarès,  adjointe au maire, sera inauguré le 2 novembre. Il a été financé par la Fondation du Judaïsme français avec la participation de diverses fondations abritées.

Installés en Péninsule Ibérique avant la destruction du Second Temple, certains Juifs venaient de la tribu royale de Juda, d’où le nom de « Nefousoth Yehuda » (les exilés de Juda), qui devint l’emblème de la communauté de Bayonne après 1492, quand les décrets d’expulsion des Juifs d’Espagne et, par la suite, de ceux du Royaume du Portugal qui refusaient la conversion amenèrent l’installation à Saint Esprit lès Bayonne et aux environs, à Peyrehorade, Bidache et Labastide- Clairence, de Juifs du royaume voisin de Navarre, de Castille, de Galicie et du lointain Portugal.

Nouvelles lectures

  • Homo Numericus, par Daniel Cohen

Sous-titré La civilisation qui vient, ce livre décrypte avec humour les fausses promesses de la prétendue « civilisation » qui va bouleverser nos vies. L’amour ? Désormais c’est Tinder ! Le bureau ? En télétravail ! Un nouveau job ? Ce sont les algorithmes qui recrutent ! Les partis politiques ? C’est sur Twitter ! Au centre de ce nouveau monde ? Homo Numericus, un être submergé de contradictions. Il veut tout contrôler, mais il est lui-même irrationnel et impulsif, poussé à des comportements addictifs par ces mêmes algorithmes qui surveillent les moindres détails de son existence.

Né à Tunis en 1953, Daniel Cohen a étudié à l’Ecole normale supérieure avant de préparer deux doctorats et l’agrégation en sciences économiques en 1979, 1986 et 1988. Il est par ailleurs agrégé de mathématiques et de droit. Il a écrit de nombreux best-sellers, dont Monnaie, richesse et dette des nations (1987), Les Infortunes de la prospérité (1994), La Mondialisation et ses ennemis (2004) ou Trois leçons sur la société postindustrielle (2006). Il a été nommé Economiste de l’année en 1997 par le Nouvel Economiste.

Albin Michel, 2022, 240 p.

  • A bankers’s journey, Edmond Safra, par Daniel Gross

Comment Edmond J. Safra a bâti un empire financier mondial ? Journaliste et historien, Daniel Gross suit son parcours remarquable de Beyrouth à Milan, São Paulo, Genève et New York, jusqu’au sommet de la finance mondiale. Daniel Gross raconte l’histoire d’Edmond Safra, né à Beyrouth, l’homme qui a apporté des contributions monumentales à l’État d’Israël, sans jamais revendiquer la citoyenneté ou y posséder une maison.

Cliquez ici pour plus de détails.

  • La loi du désordre, par Philippe Hayat

En juillet 1914, Paris célèbre la vie sous les pinceaux de Montparnasse. Étudiante brillante et militante socialiste, Jeanne embrasse le nouveau siècle et sa modernité. Depuis l’attentat de Sarajevo, le conflit menace mais elle refuse d’y croire. Comment l’homme épris d’art et de sciences, plus progressiste que jamais, pourrait-il causer sa perte ? En quelques jours, l’Histoire bascule. Tiraillée entre affections et convictions, Jeanne doit faire des choix. Les événements vont la précipiter dans l’enfer des combats.

Né à Neuilly sur Seine en 1964, Philippe Hayat est diplômé de l’Ecole polytechnique (X 85) et de l’Essec. Il a fondé en 2008 l’association 100 000 Entrepreneurs, visant à transmettre l’envie d’entreprendre aux jeunes, notamment dans les zones dites « sensibles ». Il a écrit plusieurs livres dont Entreprenez ! À l’indignation, préférez l’action (2012), Momo des Halles (2014, Lauréat du Festival du premier roman de Chambéry), L’avenir à portée de main (2015) et Où bat le cœur du monde (2019. Prix Filigranes).

Calmann-Lévy, 2022, 448 p.

  • Les Méditerranéennes, par Emmanuel Ruben

Samuel Vidouble retrouve sa famille maternelle en 2017 à Lyon, le temps d’un dîner de Hanoukkah haut en tohu-bohu et récits bariolés de leur Algérie, de la prise de Constantine en 1837 à l’exode de 1962, alors que sa mère n’avait que 9 ans. En regardant se consumer les bougies du chandelier, seul objet casé dans la petite valise de Mamie Baya à son arrivée en France et sujet de nombreux fantasmes du roman familial – il aurait appartenu à la Kahina, une reine juive berbère –, il décide de faire le voyage, et s’envole pour Constantine. Passé et présent s’entrelacent au long de ses errances dans les rues de Constantine, aussi bien qu’à Guelma et Annaba, retrouvant les lieux où sa grand-mère s’est mariée, où son grand-père s’est suicidé, où sa mère est née, où sa tante s’est embarquée pour Marseille…

Né en 1980 à Lyon, Emmanuel Ruben, alias Samuel Vidouble, est normalien et géographe. Il a écrit une dizaine de livres dont Sur la route du Danube (prix Nicolas Bouvier 2019) et Sabre (l’histoire de sa famille paternelle, protestante, prix des Deux-Magots 2021). Ses Nouvelles ukrainiennes (inédit) paraissent parallèlement chez Points Seuil. Les Méditerranéennes a été sélectionné pour le Goncourt 2022.

Stock, 2022, 416 p.

Courrier des lecteurs

  • Vous remercierez Mme Paule Henriette Lévy rédactrice de l’Arche, de m’avoir effacé de la mémoire juive Tunisienne. Aucunes références sur mon travail depuis plus de 40 ans sur le sujet. Elle a bien pompé mon ouvrage mais elle ne le site jamais. Des explications s’imposent sur cette attitude inqualifiable. Bernard Allali. Transmis à P-H Lévy HLL
  •  
  • Merci pour votre newsletter parfaite qui nous permet d’être tenue au courant de tout ce qui se passe dans le monde juif en France. Régine Bessis. PS Je suis exposée à la Galerie Casa d’Amor à Saint Paul de Vence. Voir ci-dessus. HLL
  •  
  • Vive l’Arche ! Un juif Tunisien, très ancien collaborateur de ce beau magazine : où trouver ce numéro ? Où puis-je l’acheter ?  Merci et bravo ! Fidèlement ! Serge Moati. Transmis à P-H Lévy HLL
  •  

Rappel

Cette lettre ne sera bientôt plus diffusée via Amussef mais via Inssef. Cliquez ici pour continuer à la recevoir, sans engagement.

Bonnes lectures et chana tova !

Hubert Lévy-Lambert, Président d’honneur de l’Inssef

Categories: Newsletter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.