Après Jacques Attali, Stéphane Benayoun, Bernard Bensaïd, Charles Canetti, Ronald Cicurel, Monique Cohen, Nicole Cohen-Addad, Denis Cohen-Tannoudji, Paul Dahan, Yves Dana, Mireille Hadas-Lebel, Hervé Kabla, Yehuda Lancry, Diana-Paola Lévy ; Maurice Lévy, André Lévy-Lang, Elliot Malki, Sylvaine Messica, Fred Scetbon-Didi, Benjamin Stora et Ariel Wizman, regardez l’interview de Haïm Korsia sur notre chaine Youtube

Né en 1963 à Lyon, Haïm Korsia vient d’Oran par son père et de Tlemcen par sa mère. Avant d’être élu grand rabbin de France en 2014, poste auquel il vient d’être brillamment réélu pour 7 ans, il a été aumônier en chef des Armées, aumônier de l’École polytechnique et membre du Comité consultatif national d’éthique. Il est officier de la Légion d’honneur, commandeur du Mérite et des Arts et Lettres et membre de l’Académie des Sciences morales et politiques. Il a écrit de nombreux articles et livres depuis Etre juif et français, Jacob Kaplan, rabbin de la République (2006) jusqu’à Réinventer les aurores (2020).

CELUI QUI SE BAT PEUT PERDRE, CELUI QUI NE SE BAT PAS A DEJA PERDU (Bertolt Brecht)

Pour verser votre contribution à Amussef, cliquez ici.

Evènements en cours ou à venir

  • Proust à Cabourg
Proust par Edgar Duvivier 2017

2021 est l’année du sesquicentenaire de la naissance de Proust (1871-1922). A cette occasion, un beau musée vient d’ouvrir dans la maison qu’il habita à Cabourg : la Villa du temps retrouvé. Vous pouvez aussi voir la chambre de Proust reconstituée au musée Carnavalet, qui vient de rouvrir après 5 ans de travaux. Une importante exposition lui sera consacrée au Mahj au printemps prochain, pour célébrer le centenaire de sa mort. Enfin, Antoine Compagnon, polytechnicien et professeur au Collège de France, envisage dans un feuilleton Proust sioniste !

  • Hambourg aux  Franciscaines
Le marché du mellah (1940)
Judith d’Erfoud (1938)
Jérusalem 1970

Racheté par la mairie de Deauville, le couvent des Franciscaines vient d’ouvrir après de grands travaux. Dans une scénographie époustouflante due au cabinet d’architectes Moatti & Rivière, vous pouvez y voir une galerie des Maitres, une exposition inaugurale sur les Chemins du paradis et un musée dédié au peintre André Hambourg (1909-1999) qui a arpenté de nombreux pays de la planète dont l’Afrique du Nord et Israël.

Né en 1957 à Miliana (Algérie), Alain Moatti a aussi à son actif le premier étage de la Tour Eiffel et le magnifique Hôtel de la Marine qui vient d’ouvrir place de la Concorde après plusieurs années de rénovation.

  • Portrait de Serge Moati sur Arte.tv, du 14 mai au 13 juin

Sous le titre « Portraits de mon père », Félix Moati décrit son père Serge sur arte.tv du 14 mai au 13 juin. Nous avons parlé dans des lettres récentes de Villa Jasmin et de Lettre à Anita.

  • L’Aimée de Tous, concert le 13 juin à 20h

Atelier Coriandre, 86 rue Gaston Lauriau, Montreuil. Tarif suggéré: 16€  Réservation indispensable

  • Immigration sur place : les Juifs d’Algérie, le 14 juin à 19 h

Une conférence Elie Wiesel par Joëlle Allouche-Benayoun.  S’inscrire.

  • Une autre idée du monde, par BHL, le 14 juin à 21 h sur Canal +

BHL est allé sur le théâtre des guerres où se joue notre destin, du Nigeria à l’Ukraine en passant par l’Afghanistan ou la Somalie. Au fil de ses voyages à haut risque, où il est accueilli chaleureusement pour sa contribution à l’éveil des consciences, il égrène ses souvenirs ponctués d’archives personnelles.

  • Gérard Garouste et Marc-Alain Ouaknin chez Templon, prolongé au 3 juillet

Sous le titre de Correspondances, Gérard Garouste raconte sa rencontre avec la littérature de Franz Kafka et avec la philosophie de Marc-Alain Ouaknin à la Galerie Templon, 28 rue du Grenier St Lazare.

  • Le rabbin des marranes, le 17 juin à 20h 30

Dans le cadre du Festival des cultures juives, le cinéma Luminor-Hôtel de Ville et le FSJU  organisent une projection du documentaire de Rudy Saada et Anthony Lesme sur le rabbin Avraham David Franko, qui dirige une communauté juive unique au monde, celle de Belmonte, au Portugal. Projection suivie d’un échange avec les réalisateurs. Cliquez ici pour plus de détails.

  • De Rhodes à Tanger, chants grecs, judéo-espagnols et d’ailleurs, le 28 juin à 20h

Dans le cadre du Festival des cultures juives, Aki Estamos vous invite à goûter au plaisir de la musique live avec le concert de Dafné Kritharas au théâtre des Abbesses. S’inscrire.

  • Assemblée générale d’Amussef le 30 juin à 14 h

Notre assemblée générale annuelle aura lieu le 30 juin à 14 h en visioconférence. Le rapport annuel et la convocation sont adressés personnellement aux membres à jour de leur cotisation. Cotisez ou renouvelez votre cotisation si ce n’est déjà fait !

  • Commémoration des exils le 28 novembre

Notre journée de commémoration de l’exil des juifs des pays arabes aura lieu dimanche 28 novembre, en principe en présentiel dans la salle des fêtes de la Mairie de Paris Centre (ancienne mairie du 3ème).

Nouvelles lectures

Le goût de nos mères, 70 déclarations d’amour à la cuisine maternelle, par Eva Bettan

Comme pour retenir le temps qui passe, Eva Bettan a voulu garder le goût de sa mère.
Recueillir ses recettes est devenu très vite un beau prétexte pour la faire parler de sa vie. Puis elle est allée vers ceux, connus ou inconnus, dont elle devinait qu’ils étaient aussi des fils et des filles de leur mère.
Caroline, Daniel, Farideh, Roberta, Jean, Pedro, mais aussi Amin Maalouf , Jamel Debbouze, François Morel, Dominique Blanc, Sami Bouajila, Noémie Lvovsky, Michel Leclerc, Jean-Jacques Zilbermann, Claude Lelouch, Cristian Mungiu, Karine Tuil, Nathalie Léger, David Lopez, Valérie Zenatti, Lydie Salvayre, , Akram Khan, Stéphanie Le Quellec, François-Régis Gaudry, Laure Adler, Ivan Levaï, Edgar Morin… 

Ce livre aura aussi une déclinaison radio cet été dans les matinales du week-end de France Inter.

Née en 1985 à Paris, Eva Bettan est journaliste spécialisée dans le cinéma et la littérature. Elle est mariée à Frédéric Saint-Geours, fils de mon ancien patron Jean Saint-Geours.

Stock, 2021, 208 p.

Une passion absurde et dévorante, Ecrits sur le football, par Olivier Guez

Un soir d’été 1982, Olivier Guez assiste à son premier match de football. Il n’a pas 10 ans. Les formes pures du stade, les projecteurs aveuglants, le vert ardent de la pelouse cernée de lignes laiteuses, et les milliers de petites touches bleues qui parsèment les gradins : le vertige, l’immense frisson. Il ne s’est jamais vraiment remis de ce spectacle grandiose.

Le football a donné à l’écrivain le goût des autres, et le goût du large. Au fil des voyages, il a constaté que ce sport était le miroir des nations, de leur mémoire, de leurs conflits et de leurs imaginaires. Sur un terrain de football se racontent l’identité de la France, le stalinisme et le dégel en Union soviétique, la question raciale au Brésil, la modernité de l’Argentine et de Diego Maradona, le destin de l’Allemagne de l’Est après la réunification, les ambitions planétaires du Qatar et, sous l’égide de la FIFA, les dérives du capitalisme depuis trente ans.

C’est le football, cette passion absurde et dévorante que partagent des milliards d’hommes et de femmes à travers le monde, trait d’union de la planète globalisée, que décrit Olivier Guez dans un recueil de textes admirables de sincérité, entrecoupé de photographies de légende, qui vibrent pour toujours dans la mémoire de chacun.

Né en 1974 à Strasbourg, Olivier Guez, est journaliste, essayiste et écrivain. Il a écrit plusieurs livres dont La Disparition de Josef Mengele – prix Renaudot 2017.

Editions de l’Observatoire, 2021, 192 p.

Voyages, A la recherche d’une mémoire perdue, Sousse 1871-1967, par Gisèle Sarfati

Inspiré de l’histoire intimiste de la propre famille de Gisèle Sarfati, ce livre raconte l’histoire des familles juives, les Sarfati, les Chemla, les Nataf et les Scemama, qui ont vécu dans le sud tunisien, à l’aube de la colonisation française en 1871 jusqu’à 1967, l’année de l’exode des Juifs de Tunisie après la Guerre des Six-jours.

Bernard Allali en dit : « On a beaucoup écrit sur les Juifs de Tunisie. Surtout sur ceux de la capitale, Tunis. Beaucoup moins sur les communautés juives dites de l’intérieur. Le livre de Gisèle Sarfati, qualifié par l’auteur d’ « Autofiction », vient combler une lacune en nous racontant la saga des Juifs de Sousse et leur mémoire perdue... C’est tout ce petit monde aujourd’hui disparu, emporté par le vent impitoyable de l’histoire, que nous raconte, avec simplicité, mais avec beaucoup de cœur, Gisèle Sarfati… » Voir la suite de l’article sur la newsletter du Crif.

Editrice-écrivaine, Gisèle Sarfati a écrit de nombreux autres ouvrages dont Le Métèque (saga en 4 volumes à partir de 2009) et Romain Gary, un autre regard (2017) . Le nom de sa maison d’édition est un hommage à Romain Gary.

Editions Plumes Cerfs-volants, 2010, 219 p.

DEVENEZ AMI DU MUSSEF !

Le MUSSEF s’est donné comme devoir d’entretenir la mémoire des juifs du monde séfarade, méditerranéen et oriental, exilés au milieu du siècle dernier. Sa raison d’être est de raconter leur histoire et leur souffrance et d’en faire un exemple universel d’ouverture et de tolérance. Cliquez ici pour plus de détails sur ce magnifique projet.

Adhérez à Amussef ou renouvelez votre adhésion pour 2021. Votre cotisation ne vous coûte qu’un tiers après impôt. 

Si vous ne pouvez pas vous résoudre à abandonner le passé, alors vous devez le recréer.

Louise Bourgeois

Vous êtes Membre actif avec 50 €. Vous pouvez aussi être Donateur (100 €) ; Bienfaiteur (300 €) ; Mécène (1000 €) ; Fondateur (10.000 €) ; Parrain (50.000 €), membre du Cercle Maïmonide (à partir de 100.000 €).

Pour contribuer à Amussef, le plus simple est d’utiliser Hello Asso

Merci d’avance et bonne santé !

 Hubert Lévy-Lambert, Président d’Amussef

LA MEMOIRE VIVE DES COMMUNAUTES JUIVES DU MONDE SEFARADE, MEDITERRANEEN ET ORIENTAL

 Instagram Facebook  Twitter LinkedIn Youtube

Categories: Newsletter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *