La Journée de Jérusalem (Yom Yeruchalaim) célèbre la libération et la réunification de Jérusalem suite à la Guerre des Six Jours en 1967. A l’occasion du 55ème anniversaire de cet évènement historique, le Centre Européen du Judaïsme (CEJ) organise une grande soirée avec des stands de la mairie de Jérusalem et un concert de Lior Elmaleh.

CEJ, place de Jérusalem (Paris 17ème), le 29 mai à partir de 16 h. Cliquez ici pour vous inscrire.

Evènements récents

  • Mort de René Hadjadj le 17 mai à Lyon

Mardi 17 mai, vers 20 heures, René Hadjadj, 90 ans, est découvert inanimé, au pied d’un immeuble dans le quartier de la Duchère. Surnommé tonton René, il est respecté et apprécié pour sa gentillesse. Confronté à différents éléments compromettants, son voisin Rachid Kheniche, musulman de 51 ans, a avoué avoir poussé René Hadjadj depuis son balcon, après l’avoir étranglé. Il aurait invoqué avoir obéi à une voix. Sera-t-il, comme l’assassin de Sarah Halimi, considéré comme pénalement irresponsable ?

  • 74ème anniversaire de l’Etat d’Israël le 24 mai au Pavillon Royal
Haïm Assaraf
Yaël German

Yaël German, ambassadrice d’Israël en France et Haïm Assaraf, ambassadeur auprès de l’OCDE, ont célébré avec faste le 74ème anniversaire de la création de l’Etat d’Israël le 24 mai au Pavillon Royal du Bois de Boulogne. Leurs discours ont été suivis de la Hatikva et de la Marseillaise, chantés par la grande chanteuse, compositrice et pianiste Errela Atlan.

Erella Atlan chante la Hatikva
  • Pèlerinage de la Hilloula à Meknès
Le 18 mai 2022, prière au cimetière juif de Meknès, érigé en 1648 et réhabilité récemment. (FADEL SENNA AFP)

Des dizaines de fidèles juifs ont participé cette semaine au pèlerinage traditionnel de la Hilloula à Meknès, qui a repris pour la première fois depuis les années 1960 après la restauration du cimetière historique juif de la ville. C’est la première fois que des pèlerins juifs revenaient dans cette ville emblématique de la présence juive multiséculaire au Maroc depuis que le royaume a normalisé ses relations avec Israël en décembre 2020, sous l’impulsion de l’ex-président américain Donald Trump. Cliquez ici pour plus de détails.

  • Colloque Maroc Israël du 23 au 25 mai à Casablanca : Connect to innovate
Avi Hasson, CEO de SNC, parle à la conférence ‘Connect to Innovate’ à Casablanca, le 23 mai 2022. (SNC)

Des organisations israéliennes et marocaines ont signé un certain nombre d’accords commerciaux et technologiques, notamment sur l’eau et l’énergie, dans le cadre de la conférence inaugurale « Connect to Innovate » organisée par Start-Up Nation Central (SNC), une organisation à but non lucratif qui suit l’écosystème technologique israélien. Cliquez ici pour plus de détails.

Evénements en cours ou à venir

  • Les manuscrits de la Mer morte, par Georges-Elia Sarfati, dernière conférence le 1er juin

En 1947, dans le désert de Judée, aux abords de la Mer Morte, furent découverts dans des jarres, des milliers de manuscrits, témoins de l’état du judaïsme avant la conquête romaine du Moyen Orient. Cette découverte a renouvelé la compréhension de la littérature biblique, de sa genèse, antérieurement à la canonisation des textes, de la tradition du judaïsme rabbinique et de la formation du christianisme. Comment se présentent ces textes ?  Qui en sont les rédacteurs ? Comment appréhender leur diversité doctrinale ? Quels liens entretiennent-ils avec le canon de la Bible hébraïque ? Quelles sont les conceptions véhiculées par les « écrits sectaires », durablement attribués aux « Esséniens » ? Telles sont certaines des questions qui se posent et auxquelles tente de répondre ce cycle de 4 conférences de Georges-Elia Sarfati qui se termine le 1er juin dans le cadre de l’Institut Elie. Wiesel.

Cliquez ici pour plus de détails.

  • Sarah Biasini lit Albert Cohen le 2 juin à 20 h à l’espace Rachi
 
« L’amour du prochain réclame des poètes qui savent donner leur unique manteau ». A l’occasion des 40 ans de la mort d’Albert Cohen, le Centre d’Art et de Culture et le FSJU rendent hommage à cet écrivain, dramaturge et poète à la renommée mondiale, auteur de l’immortelle Belle du Seigneur. Fille de Romy Schneider, Sarah Biasini est actrice et historienne d’art. Cliquez ici pour réserver.
  • Salon du livre de la Licra, le 5 juin à la Mairie du Vème

Jean-Pierre Allali et Florence Berthout, maire du 5e arrondissement vous accueilleront à partir de 15 heures au 15e salon du livre de la Licra, en présence de plus de 80 auteurs.

  • Concert de Gad Elmaleh le 7 juin à l’Espace Rachi

On ne présente plus Gad Elmaleh né en 1971 à Casablanca.

Cliquez ici pour plus de détails sur ce concert organisé par le FSJU le 7 juin à 20 h à l’Espace Rachi, rue Broca.

  • Juifs et musulmans, une histoire partagée, jusqu’au 17 juillet au Musée de l’Immigration
Danses des Ouled Naïl et Noces juives, par Armand Assus, vers 1935, coll. part.

La France est aujourd’hui le pays d’Europe qui compte les populations juives et musulmanes les plus importantes du continent. Une histoire française qui naît dans l’espace colonial du Maghreb et se poursuit en France métropolitaine depuis les années 1960. Cette exposition présente des documents, des œuvres d’art, des objets et des récits. Ils narrent cette histoire et la manière dont l’État français a pris part à cette relation. Après avoir partagé les mêmes langues et la même culture pendant près d’un millénaire, les juifs et les musulmans du Maghreb voient leur destin collectif bouleversé par la colonisation française.

L’exécution de la juive, par A Dehodencq, 1860-63, Bibliothèque polonaise, détail

Cliquez ici pour lire un article que The Times of Israel vient de consacrer à cette exposition sous le titre : quand une très belle expo fait œuvre d’utilité publique. Qui sait si Pap Ndiaye, DG du musée jusqu’à la semaine dernière, ne lui doit pas sa nomination à l’Education nationale ?

Ecole juive à Miliana, par Edouard Moyse, 1861, Musée Fabre
J’ai quitté ma maison.. par Enrico Macias, 1962
  • Festival des cultures juives du 12 au 27 juin

Du 12 au 27 juin, 30 événements pluridisciplinaires vous invitent à découvrir de grandes figures inspirantes qui ont marqué de leurs empreintes, de leur talent, de leur vision, la fabuleuse aventure des cultures juives mais aussi les multiples influences et métissages qui ont irrigué une histoire à la fois singulière et plurielle. Notez en particulier une exposition sur la diaspora portugaise, une exposition à la galerie Saphir, des chants sacrés d’Algérie, une journée judéo-espagnole le 23 et un concert de clôture avec DUDU TASSA & THE KUWAITIS. Cliquez ici pour lire le programme complet.

Nouvelles lectures

  • Apesanteur, par Joël Abecassis

Apesanteur met en scène la métamorphose d’un homme qui décide de perdre du poids. Avec autodérision et suspense, l’auteur raconte ses aventures dans le monde étrange et pénétrant des régimes minceur. Il devra choisir la bonne méthode et s’y tenir. Il devra surtout partir à la recherche de ce mystérieux changement qu’il faut opérer en soi pour réussir à maigrir sans regrossir. De sa pesanteur à sa légèreté, de son surpoids à son envie d’exister, l’auteur nous livre ici le vrai roman de son parcours.

Réalisateur à France Télévisions, Joël Abécassis a été professeur de lettres. Il est le frère d’Eliette Abécassis qui vient d’écrire le Livre des passeurs avec leur père Armand Abecassis (notre lettre du 5 mai).

JC Lattès, 2010, 208 p.

  • La stupeur, par Aharon Appelfeld

Un matin, Iréna découvre ses voisins juifs alignés devant l’entrée de leur magasin. Un gendarme les tient en joue : ordre des Allemands. Le lendemain, ils sont assassinés. Leur magasin est pillé. Dans ce village ukrainien, la catastrophe est en marche, et elle provoque chez la jeune paysanne un sursaut. L’effroi de ne pas avoir pu secourir ses voisins se double de celui que lui inspire son mari, une brute qui la maltraite. Il faut partir. Commence alors une longue errance aux accents prophétiques. De village en village, Iréna proclame que le Christ était juif, et que lever la main sur ses descendants est un crime inexpiable. Pap Ndiaye ne pourrait-il mettre ce livre au programme des classes des quartiers dits « sensibles », d’où viennent la plupart des tueurs de juifs de Paris, Toulouse ou Lyon ?

Aharon Appelfeld, né en 1932 à Jadova (Roumanie) et mort en 2018 à Petah Tikva, est un des plus importants écrivains israéliens de langue hébraïque de la fin du XXᵉ siècle. Il a écrit plus de 40 livres et a reçu de nombreux prix littéraires, dont le prix Israël en 1983 et le prix Médicis étranger en 2004. Paru en hébreu en 2017, La stupeur peut être considéré comme son testament.

Traduction française par Valérie Zenatti, Ed. de l’Olivier, 2022, 252 p.

  • Tu seras mon père, par Metin Arditi

Vérone, 1978. Renato, 7 ans, entretient avec son père une relation merveilleuse, que bouleverse l’enlèvement de son père par un commando des Brigades rouges. Lorsqu’elles le relâchent après paiement d’une rançon, il n’est plus qu’une ombre. Laminé, honteux, il met fin à ses jours. Renato et sa mère s’exilent en Suisse. Le jeune garçon y développe le goût des hautes cimes et celui du théâtre, où il excelle. Malentendant, il se sent à l’aise dans cet univers où son handicap peut être caché.Dix ans plus tard, pour sa dernière année de scolarité, il est inscrit dans un internat de Lausanne. Il y noue une amitié merveilleuse avec un professeur, qui s’avère être l’organisateur de l’enlèvement de son père.

Citoyen suisse, physicien et mélomane, Metin Arditi est né en 1945 à Ankara. Il a fondé les Instruments de la Paix avec Elias Sanbar. Tu seras mon père est son 16ème livre. Le précédent était Dictionnaire amoureux d’Istanbul (notre lettre du 28 janvier).

Grasset, 2022, 368 p.

  • DIS-MOI D’OÙ TU VIENS ET JE TE DIRAI QUI TU ES : FRAGMENTS DE L’HISTOIRE SÉPHARADE, par David Bensoussan

Connaître son histoire, c’est comprendre les facteurs qui ont moulé nos croyances et nos caractères. Connaître ses racines, c’est comprendre sa personnalité, mieux vivre le présent et mieux orienter son avenir. L’histoire est tel un rétroviseur qui permet d’appréhender le passé, mieux expliquer la contemporanéité et éviter de reproduire les erreurs du passé… Cliquez ici pour lire la suite de cet article paru dans la revue montréalaise la Voix sépharade du 22 mars 2022.

Né en 1947 à Essaouira, ancien président de la Communauté séfarade unifiée du Québec, docteur en électronique de McGill, David Bensoussan a écrit de nombreux ouvrages scientifiques et plusieurs romans historiques dont La rosace du roi Salomon (notre lettre du 23 juillet 2021).

  • Encore un enfant, par Fabrice Hadjadj

Fabrice Hadjadj et son épouse Siffreine ont neuf enfants : Esther, Judith, Marthe, Elisabeth, Jacob, Joseph, Pierre, Moïse et Abigaël ! Aussi les accuse-t-on d’activer le « suicide de la planète » et de « ne pas penser aux générations futures », car y penser, bien entendu, c’est éviter de les faire naître. L’explosion démographique mondiale, sans précédent depuis la création du monde, est due à la quasi-disparition de ce qu’Alfred Sauvy appelait les 3 Parques surmortelles, les guerres, les famines et les épidémies. Mais il faut distinguer la démographie africaine, en forte expansion et la démographie européenne, en forte régression. Vérité au-delà de la Méditerranée, erreur en deçà !

Philosophe, fils de Bernard Hadjadj, ancien directeur de l’Unesco, Fabrice Hadjadj est né en 1971 à Nanterre. Il a écrit une quinzaine de livres, pièces de théâtre et essais sur l’art. Lauréat du prix Montherlant de l’Académie des Beaux-Arts et du prix Lustiger de l’Académie française, il dirige l’Institut Philan-thropos à Fribourg (Suisse). Converti en 1988, il se présente comme « juif de nom arabe et de confession catholique ».

Mame, 2022, 128 p.

  • Quelques jours à Djerba, par Hervé Kabla
Pélerinage de la Ghriba

Qu’est-ce qui distingue Djerba des autres villes de Tunisie ? Qu’est-ce qui rend cette destination si douce – ce fut même le nom d’un village du Club Med – et si appréciée de touristes venus des quatre coins du monde ? La réponse à cette question est difficile à établir… Cliquez ici pour lire la suite.

Hervé Kabla est polytechnicien, ancien patron d’agence de comm’, consultant très digital et cofondateur de la série des livres expliqués à mon boss.

  • Itinéraire d’un enfant juif de Casablanca, par Geneviève Wittmann
Jean, ancien gardien du cimetière de Casablanca, et son épouse

Israel magazine raconte le parcours inouï de cet orphelin Juif de Casablanca, né en 1945 dans le mellah de Casablanca, deuxième enfant d’une fratrie qui en comptera bientôt 5. Le mot mellah, lui-même serait une référence au commerce du sel exercé par les Juifs au Maroc ou bien plus simplement à la circoncision. L’appartement où vit la petite famille en ce milieu du siècle, est misérable… Cliquez ici pour découvrir la suite de l’histoire.

Bonnes lectures !

Hubert Lévy-Lambert, Président fondateur d’Amussef

Categories: Newsletter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *