La 11ème Convention nationale du Crif a lieu dimanche 14 novembre, au Palais des Congrès de Paris. Des conférences, débats et tables-rondes sont organisés autour du thème « L’universel à l’épreuve des identités ».

Cliquez ici pour plus de détails.

Journée des juifs exilés du monde arabe et d’Iran, le 28 novembre

Amussef commémore l’exil des juifs des pays arabes et d’Iran, dimanche 28 novembre de 14 h à 18 h, dans la Mairie de Paris Centre, rue Eugène Spueller.  Ariel Weil, maire de Paris Centre, ouvrira les débats. Suivront 3 tables rondes portant respectivement sur l’exil des juifs de la Péninsule ibérique, d’Afrique du Nord et de Méditerranée orientale ? Y participent de nombreuses personnalités du monde séfarade.

Les communautés juives perdues du monde arabe

Cliquez ici pour vous inscrire.

Evénements à venir

  • Festival Sefarad de Montréal, du 6 au 21 novembre

Pendant plus de deux semaines, ce festival présente des artistes, des humoristes, des chanteurs, des écrivains, des philosophes et des entrepreneurs. Cliquez ici pour plus de détails.

  • Histoire de la présence juive dans le Rif : de l’antiquité à l’époque contemporaine, le 13 novembre à Bruxelles

La présence des Juifs en Afrique du Nord a toujours fait débat parmi les historiens. Les premiers établissements de la communauté juive dans la région sont attestés dès le IIIe siècle av. J.-C. Cette apparition répond, dans son ensemble, à des vagues d’immigrations, persécutions et expulsions. Une fois établie, cette population a joué des rôles importants dans l’histoire de l’Afrique du Nord à plusieurs niveaux : politique, intellectuel, économique, culturel, etc. Dans ce cadre, la Maison du Rif asbl et l’Espace Magh ont le plaisir d’inviter Nicole Serfaty, Docteur en langues et civilisations juives en terre d’Islam, et Raphaël Serfaty, chirurgien-dentiste et collectionneur de bijoux rifains. Le 13 novembre à 20 h 15. Cliquez ici pour vous inscrire.

  • Juifs et musulmans, une histoire partagée, les 16 et 23 novembre et le 30 janvier

Ce parcours croisé mahJ-IMA propose de faire découvrir la richesse du patrimoine commun aux cultures juive et musulmane, avec Yaële Baranes, conférencière du mahJ, et Élodie Roblain, conférencière de l’IMA. Cliquez ici pour plus de détails.

  • JEM à l’air séfarade, les 19 et 20 novembre

–        Nathalie Serfaty et Laurence Haziza nous expliquent que cet évènement, parrainé par Enrico Macias, veut rendre hommage à toute une génération qui a véhiculé le judaïsme humaniste des communautés séfarades et qui ignorait sa proximité avec le judaïsme d’ouverture, dont les valeurs d’accueil, d’égalité et une certaine sensibilité intellectuelle ressemblaient aux valeurs et aux émotions de notre enfance. Cliquez ici pour plus de détails.

–        Salonique, phare du judaïsme balkanique, le 21 novembre

La ville de Salonique, aujourd’hui Thessalonique, située au nord de la Grèce, fut longtemps un des joyaux de l’Empire ottoman. Elle a accueilli une importante communauté juive, au point qu’elle fut qualifiée de « Jérusalem des Balkans ». Cité cosmopolite, phare du judaïsme séfarade même si des groupes ashkénazes s’y trouvaient, elle a accueilli les rabbins les plus recherchés du Levant. L’épisode du faux messie Sabbataï Zvi qui séjourna dans la cité sonna le début du déclin de la ville qui reprit son élan avec l’arrivée de Moïse Allatini qui régénéra le judaïsme et développa des relations ténues avec les autres communautés. La Shoah vit périr la quasi intégralité des habitants juifs de la cité. Pourtant, Salonique reste associée à une image idyllique du judaïsme séfarade.

Colloque de l’Institut universitaire Elie Wiesel, le 21 novembre 2021, à partir de 14h. Cliquez ici pour plus de détails.

  • Enrico Macias à la Madeleine, le 22 novembre

Amir et Enrico Macias se produisent au théâtre de la Madeleine le 22 novembre à 19 h 30 dans une Soirée de Gala exceptionnelle au profit des 30.000 secouristes du Maguen David Adom en Israël. Cliquez ici pour plus de détails.

  • JUIFS D’ORIENT, UNE HISTOIRE PLURIMILLENAIRE, du 24 novembre 2021 au 13 mars 2022

Depuis son accession à la présidence de l’Institut du Monde Arabe, Jack Lang s’est engagé à ouvrir l’institution à la pluralité des héritages spirituels et culturels qui nourrissent l’histoire du monde arabe. Dans cet esprit les équipes de l’IMA ont conçu une trilogie dédiée à chacune des trois religions monothéistes, qui se clôt en cet automne 2021, après l’Islam puis le Christianisme, avec l’exposition Juifs d’Orient, Une histoire plurimillénaire, dont Benjamin Stora est le commissaire général. Cliquez ici pour plus de détails.

  • Commémoration du départ des Juifs des pays arabes et d’Iran, le 30 novembre à 20 h 30

Cette soirée est organisée par JW3, Sephardi Voices UK et Harif. Cliquez ici pour plus de détails.

  • Commémoration de la rafle des juifs tunisiens, le 5 décembre

Cérémonie organisée par le CFJT le 5 décembre à 10 h 45 à la Synagogue de la Victoire en souvenir des juifs tunisiens déportés ou morts au champ d’honneur pendant la deuxième guerre mondiale.

Nouvelles lectures

–        Faire réussir la France, par Jacques Attali et Julie Martinez

Quelle France dans 10, 20, 50 ans ? Qu’est-ce que chacun de nous peut faire pour qu’elle soit, bien plus encore qu’aujourd’hui, un pays dont les habitants sont heureux, libres, paisibles, confiants, tolérants, pour que la France soit prospère, fière de son identité, ouverte au monde et donnant sa chance à chacun de ses habitants ? Pour y réfléchir, nous n’attendons pas grand-chose d’une campagne présidentielle qui s’annonce une fois de plus comme une confrontation de personnalités et non comme un débat sur des programmes et encore moins des projets. De plus, il n’appartiendra pas seulement au prochain président de la République de mettre en œuvre ces réformes, mais à chacun de nous.

Après avoir auditionné plus de 400 personnalités dans de nombreux domaines, les auteurs en ont déduit 250 actions urgentes, parmi lesquelles 30 réformes majeures, en particulier dans le domaine de l’enfance, qui structure tous les autres.

Né en 1943 à Alger, Jacques Attali est polytechnicien, ingénieur des mines et énarque. Il a été conseiller spécial de François Mitterrand à l’Elysée. Il a fondé de nombreuses institutions dont Action contre la faimEureka, la BERD et Positive Planet. Il a présidé la Commission de réforme de l’enseignement supérieur (1997) et la Commission pour la libération de la croissance française (2008). Il a publié plus de 80 essais, biographies et romans, traduits en 22 langues. Il intervient dans Perspectives le 6 décembre. Cf notre lettre du 29 avril et notre lettre du 30 novembre.

Fayard, 2021, 256 p.

–        La fabuleuse histoire du juif errant, par Pierre-Henry Salfati

Né en 1953 à Carcassonne, Pierre-Henry Salfati a été éduqué chez les Jésuites avant de poursuivre ses études dans une yeshiva ! Il a réalisé de nombreux films (Tolérance, Je suis venu vous dire, Repas de famille, L’invention de l’Occident, La neuvième, Le dernier des hommes…). Il a écrit notamment Talmud (2009), Le destin de l’Occident (2016, avec Jacques Attali) et Le premier mot (2021, notre lettre du 10 avril).

Selon la légende, le Juif errant était un cordonnier à de Jérusalem qui, voyant Jésus faire une halte devant son échoppe sur le chemin de la Passion, le repoussa sans ménagement. Le Christ l’aurait alors maudit, le condamnant à marcher sans cesse jusqu’à son retour en gloire à la fin des temps. Cette légende, née au Moyen Âge, a connu un succès incroyable dans toute l’Europe. Elle a inspiré quantité d’images et de récits populaires, et fourni également aux écrivains certaines de leurs œuvres les plus singulières, d’Eugène Sue à Apollinaire en passant par Alexandre Dumas. Étonnamment, si le mythe plonge ses racines dans l’antijudaïsme chrétien et connaît des traitements antisémites, le Juif errant est bien plus souvent une figure positive, voire un héros proche des petites gens, doté du prestige d’avoir parcouru le monde et les siècles.

Albin Michel, 2021, 208 p.

–        La Belle de Jérusalem, par Yishai-Levi Sarit

Une malédiction semble avoir atteint la famille Ermoza : aucun des hommes ne se marie avec la femme qu’il aime. Même David, le mari de Luna, la « Belle de Jérusalem » que toute la ville courtise, ne peut en réalité oublier son amour perdu. Quand la tragédie frappe, Gabriela, la fille de Luna, découvre les secrets et mensonges qui lient les femmes de sa famille depuis plusieurs générations. Sur fond de bouleversements historiques, de la gouvernance turque à la création de l’État d’Israël, l’histoire de 4 générations de femmes qui font preuve de résilience face à un destin souvent déchirant.

Sarit Yishai-Levi est une journaliste et autrice israélienne. Best-seller en Israël, la Belle de Jérusalem est son premier roman. Cette saga a reçu plusieurs prix littéraires, dont les Prix Or et Platinum de la Publishers Association et le Prix Steimatzky du meilleur livre de l’année.

Traduit de l’hébreu par Léa Drouet, Charleston, 2020, 550 p.

CONTRIBUEZ A AMUSSEF !

Le MUSSEF s’est donné comme devoir d’entretenir la mémoire des juifs du monde séfarade, méditerranéen et oriental, exilés au milieu du siècle dernier. Sa raison d’être est de raconter leur histoire et leur souffrance et d’en faire un exemple universel d’ouverture et de tolérance. Cliquez ici pour plus de détails sur ce magnifique projet.

Adhérez à Amussef ou renouvelez votre adhésion pour 2021. Votre cotisation ne vous coûte qu’un tiers après impôt. 

Vous êtes Membre actif avec 50 €. Vous pouvez aussi être Donateur (100 €) ; Bienfaiteur (300 €) ; Mécène (1000 €) ; Fondateur (10.000 €) ; Parrain (50.000 €), membre du Cercle Maïmonide (à partir de 100.000 €).

Merci d’avance !

 Hubert Lévy-Lambert, Président d’Amussef

LA MEMOIRE VIVE DES COMMUNAUTES JUIVES DU MONDE SEFARADE, MEDITERRANEEN ET ORIENTAL

 Instagram Facebook  Twitter LinkedIn Youtube

Categories: Newsletter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *